Ascension du Mont Blanc (4 809 m) : stages de 3 à 7 jours avec un guide

Réalisez l'ascension du Mont Blanc avec un guide, à la conquête du plus mythique sommet d’Europe ! En collective ou en privatisation, trouvez la formule qui vous correspond parmi nos ascensions et stages de 3 à 7 jours. Nos Guides de Haute Montagne vous apporteront les techniques et l'encadrement nécessaires afin de maximiser vos chances d'atteindre le toit des Alpes.

Tout savoir sur nos stages et ascensions Mont Blanc

Suis-je apte à gravir le Mont Blanc ?

La réponse à cette question dépend principalement de votre expérience en haute-altitude ainsi que de votre condition physique.

Concernant le niveau physique nécessaire pour réaliser l’ascension du Mont Blanc, vous devez être capable de marcher/grimper pendant plus de 10 heures et de réaliser des dénivelés compris entre 1 000 m et 1 500 m. La descente est aussi à prendre en compte pour ne pas souffrir d’une fatigue extrême et ainsi minimiser les risques. De plus, avoir une expérience préalable de la haute-altitude (au-delà de 3 500 m) est un réel plus afin de limiter les effets du MAM.

Par ailleurs, il est recommandé mais pas obligatoire de posséder une expérience technique en alpinisme pour se lancer dans un projet d'ascension du Mont Blanc, à condition de choisir une formule adaptée. Si la voie normale ne présente pas de difficultés techniques particulières, celle-ci nécessite tout de même de maîtriser les bases de l’alpinisme comme la marche encordée ainsi que la maîtrise des crampons et du piolet. Si vous n’avez jamais fait d’alpinisme auparavant, des stages existent pour apprendre les différentes techniques et découvrir l’univers de la haute-montagne. Si vous avez déjà une expérience préalable en alpinisme, vous pouvez vous orienter sur des formules plus courtes voire des voies alternatives à la voie normale si vous êtes un alpiniste expérimenté.

Pour une plongée plus immersive dans l'ascension du Mont Blanc avec Kazaden, retrouvez sur notre blog le récit de l'ascension de Baptiste, qui a gravi le Mont Blanc avec nous en 4 jours en juillet 2018.

Quelle préparation physique pour l’ascension du Mont-Blanc ?

Nous conseillons de commencer un entraînement physique et mental intense 6 mois avant le début de l’ascension. Cet entraînement doit comporter plusieurs séances de running/vélo/natation par semaine afin d’accroître votre cardio. À titre d’exemple, vous devez être capable de courir un 10 km en moins de 55 min sans trop d’efforts. Nous recommandons aussi des exercices de renforcement musculaire pour limiter la fatigue liée notamment au poids du sac ainsi qu’un travail sur les articulations (chevilles et genoux) pour éviter les blessures. Enfin, l’idéal pour une bonne acclimatation est de réaliser plusieurs randonnées de plus de 1 000 m de dénivelé positif quelques jours avant le départ, ainsi que de dormir au-delà de 3 000 m.

Voir notre article détaillé sur la préparation pour l'ascension du Mont Blanc.

Quelles sont les voies pour l’ascension du Mont Blanc ?

Il existe 3 itinéraires ou “voies” classiques pour le Mont Blanc :

  • La voie normale ou voie Royale par le refuge du Goûter : c'est la voie la plus accessible et la plus connue pour tenter l'ascension du Mont-Blanc. Elle débute à 2 380 mètres d'altitude, il faut compter au total deux jours d'ascension avec 2 500 m de dénivelé positif, entrecoupés par une nuit au refuge du Goûter à 3 800 m d'altitude.

  • La voie des 3 Monts par le refuge des Cosmiques : la course débute en haut du téléphérique de l'Aiguille du Midi à 3 800 m et se fait également en 2 jours avec une redescente le premier jour et un passage par le refuge des Cosmiques à 3 600 m. L'acclimatation s'avère plus compliquée et la montée est plus brusque que par le refuge du Goûter. Cette voie est également plus longue et plus technique que la voie classique, elle comprend 1 400 mètres de D+ le 2ème jour.

  • La voie italienne des Aiguilles Grises : elle nécessite une certaine endurance et une condition physique impeccable. C'est une voie longue qui présente un dénivelé important (1 740 mètres de D+ le second jour). L'ascension se fait sur deux jours mais ne requiert pas un gros niveau technique. La voie italienne rejoint ensuite la voie normale par le refuge du Goûter.

Voir notre article détaillé sur les voies d'ascension du Mont Blanc.

Quand faire l'ascension du Mont Blanc ?

L'ascension du Mont Blanc se pratique de juin à septembre. Il n'existe pas de période privilégiée pour tenter de gravir le toit des Alpes : le mois de juin présente des conditions idéales mais une plus forte fréquentation ; les mois de juillet et août sont un choix sûr ; tandis qu'à partir de la mi-septembre la fréquentation diminue mais la météo peut devenir plus capricieuse.

Il faut savoir que les conditions d'alpinisme au Mont Blanc varient chaque année ! Pour réaliser l'ascension dans des conditions optimales, les éléments suivants doivent être réunis : un vent absent à modéré, une météo clémente et un regel nocturne permettant d'éviter les chutes de pierres, de séracs, et de ne pas trop s'enfoncer dans la neige. Ainsi, il est important de noter que la meilleure période d’ascension varie aussi en fonction de la voie. La voie normale (Goûter) est accessible de juin à septembre, celle des 3 Monts de juin à la mi-juillet et septembre et la voie italienne uniquement en juin. L'un des rôles de votre guide est d'évaluer ces conditions en montagne pour garantir votre sécurité lors de l'ascension.

Etant donné la fréquentation de ce sommet (notamment via le Goûter), et si vous avez des contraintes d'emploi du temps fortes, mieux vaut s'y prendre plusieurs mois à l'avance pour réserver.

Est-il dangereux de faire l’ascension du Mont-Blanc ?

L’ascension du Mont Blanc, comme toute activité de haute montagne, présente certains risques naturels non négligeables tels que les chutes de séracs, crevasses, chutes de pierres (notamment dans le couloir du Goûter) et avalanches. Il est donc indispensable de réaliser l'ascension du Mont Blanc avec un encadrement professionnel par un Guide de Haute Montagne. Expert de l'environnement montagne en haute altitude, celui-ci sécurisera au maximum votre traversée en s’adaptant aux conditions et aux événements extérieurs.

Voir notre article détaillé sur les risques et dangers de l'ascension du Mont Blanc.

Quelles sont les formules possibles pour réaliser l’ascension ?

Les formules possibles pour l'ascension du Mont Blanc varient principalement selon votre niveau technique en alpinisme, votre nombre et le degré de personnalisation que vous souhaitez pour votre projet.

Quelles sont les types de formules existantes ?

Les formules proposées peuvent être :

  • des stages tout compris, à privilégier si vous êtes seul et voulez un tarif compétitif
    des collectives, qui correspondent à des ascensions organisées par des indépendants avec des dates fixées (si vous êtes seul ou à plusieurs)

  • des privatisations de guide(s), destinées à 2 personnes ou plus, et qui permettent une personnalisation selon vos envies.

Comment choisir mon stage selon mon niveau ?

Il existe globalement deux catégories de durées de stages, mieux adaptées aux alpinistes débutants ou aux alpinistes initiés.

  • Pour les alpinistes débutants souhaitant gravir le Mont Blanc, les stages de 5 à 7 jours sont à privilégier. Les premiers jours sont l'occasion pour le guide de proposer une formation aux techniques d'alpinisme (cramponnage, encordement) nécessaires à l'ascension, mais également de vous acclimater en douceur, afin de maximiser vos chances d'atteindre le sommet.

  • Pour les personnes initiées à l'alpinisme : des ascensions et stages de 3 à 4 jours destinés aux alpinistes ayant de préférence eu une première solide expérience et déjà acclimatés à l'altitude. L'objectif est de revoir rapidement les techniques et se mettre en conditions pour tenter de gravir le Mont Blanc.

Voir notre article détaillé sur les formules et tarifs pour le Mont Blanc.

Quels tarifs pour l’ascension du Mont Blanc avec un guide ?

Les stages de 5 à 7 jours

Le budget global pour ces formules est généralement compris entre 1 400 € et 1 900 € par personne, en fonction de la durée du stage. Comptez 100 à 150 € pour la location de l’équipement technique (chaussures, piolets, crampons, baudrier et casque).

Les stages 3 & 4 jours

Le prix pour l’engagement d’un guide pour le Mont Blanc est généralement de 1 000 € par personne hors équipement et dépenses personnelles (hébergement en vallée + transports).

Voir notre article détaillé sur les formules et tarifs pour le Mont Blanc.

Qui sont nos guides Mont Blanc ?

Tous nos guides ont obtenu le “Diplôme d’Etat d’alpinisme guide de haute-montagne” délivré par l’Ecole Nationale de Ski-Alpinisme (ENSA) ou sont aspirants. Les guides assurent votre sécurité tout au long de l’ascension, vous confèrent des conseils techniques et savent parfaitement interpréter les conditions sur la montagne, toujours afin de grimper dans les meilleures conditions. Sympathiques, à l’écoute et véritablement passionnés par la montagne, vous apprécierez l’expérience unique de gravir le Mont Blanc en leur compagnie.

Quel équipement faut-il emporter avec soi ?

La matériel technique d’alpinisme (piolet, casque, crampons, chaussures et baudrier) peut être prêté par le guide où bien nécessite la location. Il est totalement possible de louer son matériel à Chamonix dans l’une des nombreuses boutiques spécialisées. Pensez à bien vous renseigner sur les détails techniques auprès de votre guide avant de louer votre matériel. Comptez généralement entre 100 € et 150 € pour les stages de 5 à 7 jours et entre 50 € et 75 € pour les formules 3 et 4 jours.

Enfin, pour une vision complète de l’équipement nécessaire pour l’ascension du Mont Blanc, retrouvez notre article sur l’équipement d’alpinisme.

Vos dates
Niveau technique
Cond. physique
Votre budget
Type de séjour
Mots clés
A proximité de

Alpinisme, Ascension du Mont Blanc : 23 séjours

Recevez en exclusivité tous nos conseils pour préparer votre Ascension du Mont Blanc
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins publicitaires et statistiques. En savoir plus OK